Quid des travaux de désherbage thermique ?

Nombreuses sont les solutions qui s’offrent à nous lorsque l’on veut enlever les mauvaises herbes de notre jardin. S’il ne faut citer que quelques un, il y a le désherbage manuel, le désherbage mécanique ou encore le désherbage thermique. Ce dernier, qui est le désherbage thermique fait partie des solutions les plus écologiques pour ôter les plantes nuisibles de nos jardins. Il est de plus en plus prisé par les jardiniers pour cette raison, mais aussi pour ses différents autres avantages qui ne sont pas négligeables.

En quoi consiste le désherbage thermique ?

Le désherbage de jardin est une action qui consiste à entretenir son jardin en éliminant l’ensemble des mauvaises herbes qui pullulent dessus. Ces plantes que l’on considère être très nuisibles sont à enlever absolument sinon les plantes de nos jardins ne vont pas pouvoir se développer normalement.

Une des méthodes pour désherber le jardin est le désherbage thermique. Ce dernier consiste à brûler en surface les plantes nuisibles afin de les éliminer. Pour ce faire, l’utilisation d’un outil qui génère de la chaleur est primordiale afin d’enlever les mauvaises herbes durant 1 à 2 secondes. Cela va ensuite provoquer un choc thermique qui va annihiler les mauvaises herbes en agissant sur leurs cellules qui vont être tuées. Les plantes vont alors s’assécher jusqu’à la racine après quelques jours de traitement et mourir.

Néanmoins, il est important de préciser que toutes les mauvaises ne réagissent pas toutes de la même manière face à ce traitement. Sur d’autres, il est très efficace, tandis que sur quelques un, il faut le répéter plus d’une fois pour que le résultat attendu se produise. C’est le cas pour le chiendent, le lierre ou encore le pissenlit sur lesquels il faut bien insister pour qu’elles soient éliminées. Pour cela, il est nécessaire de renouveler 15 jours après la première intervention le traitement de désherbage thermique. Il est à noter que ces travaux de désherbage thermique doit être confiés à un professionnel tel que ce jardinier dans le 92.

Les avantages de la technique du désherbage thermique

Cette technique de désherbage est apparue très récemment. Elle n’est donc pas encore très démocratisée. Pourtant, face à ses nombreux avantages, de plus en plus de jardiniers optent pour le désherbage thermique. Voici un aperçu de ses nombreux avantages :

  • Cette méthode est très écologique. Elle n’utilise aucun produit pesticide, mais compte sur la chaleur pour éradiquer les mauvaises herbes.
  • Le désherbage thermique ne présente aucun risque pour notre santé. En effet, aucun produit phytosanitaire n’est nécessaire pour sa réalisation.
  • Il s’applique en tout temps. Qu’il fait beau, très venteux ou encore qu’il pleut, cette technique peut toujours être appliquée et elle garde la même efficacité.
  • La réalisation de la technique ne pollue pas la terre par rapport aux autres méthodes

Toutefois, quelques recommandations sont à suivre pour sa réalisation. Ainsi, pour plus d’efficacité et pour que le traitement ne se renouvelle pas, il est préférable de pratiquer l’intervention sur les mauvaises herbes jeunes. Il faut aussi s’assurer avant son utilisation que la zone dont laquelle se trouve votre jardin n’est pas sujette aux incendies. Si c’est le cas, son utilisation est à proscrire.

Outil de désherbage thermique : combien coûte-t-il ?

Cette technique est de plus en plus prisée, les professionnels offrent alors beaucoup plus de choix sur les outils. Ainsi, sur les boutiques spécialisées ou sur internet, on peut trouver une multitude de choix pour notre outil de désherbage thermique. Deux types d’outils s’offrent à nous : il y a le modèle à gaz et celle électrique. Selon le modèle et sa qualité, ceux à gaz peuvent avoir un prix compris entre 40 euros jusqu’à 90 euros et plus pour les modèles hauts de gamme et professionnels. Tandis que les modèles électriques eux ont un prix qui gravite autour de 80 euros.

Tamby Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *